Crocs du Dévoreur

De Wowpedia
Aller à : navigation, rechercher
Fangs of the Devourer.jpg

Les Crocs du Dévoreur,  [Croquetripe] et  [Volonté d'Akaari], est l'arme prodigieuse du voleur Finesse dans World of Warcraft: Legion.

Description[modifier | modifier le wikicode]

Gueulétripe le Dévoreur, molosse personnel de Sargeras, faucha d’innombrables âmes avant d’être finalement victime d’une embuscade dans un monde lointain. Après sa mort, Mephistroph fit sculpter dans ses crocs deux puissantes dagues encore saturées de la redoutable essence de flétrissement qui conférait leur dangerosité aux morsures de Gueulétripe. Ces dagues furent remises à Akaari, l’un des plus funestes assassins de Sargeras, qui les porte aujourd’hui encore.[1]

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les Crocs du Dévoreur

Ces dagues exigent la plus grande prudence. L'assassin que vous avez tué, Akaari, a dû payer un terrible tribut pour pouvoir les manier. Leur histoire n'est qu'une longue succession de meurtres furtifs et silencieux sur un nombre incalculable de mondes. Pourtant, jamais encore n'ont-elles été maniées par un individu disposant de son libre arbitre.

Elles sont capables de faire de quiconque les manie l'un des plus grands tueurs que l'univers ait jamais connu. Méfiance.


Les Crocs du Dévoreur, I


Si ces dagues ont été forgées par un maître artisan, celui-ci n'est pas à l'origine de leur dangereuse puissance. Non. Il s'agit en réalité des crocs, anciens et pourtant en parfait état, arrachés dans la gueule d'un gangrechien abattu. Ce monstre était plus redoutable que toutes les bêtes connues de son espèce. Tout porte à croire qu'il était en fait l'animal de compagnie de Sargeras, le Grand Ennemi en personne.

D'une certaine manière, ce dernier devait être grandement attaché à la bête, puisqu'il façonna sa puissance en insufflant à se crocs suffisamment d'énergie de l'ombre pour leur permettre de déchirer le voile de la réalité. Combien d'innocents sont morts de la morsure de ces crocs ? Sans doute ne le saurons-nous jamais.

En revanche, nous connaissons le nom de ce gangrechien. Sargeras l'avait nommé Gueulétripe le Dévoreur.


Les Crocs du Dévoreur, II


Lorsque la Légion envahissait un nouveau monde, Gueulétripe se joignait aux démons pour déchiqueter les soldats ennemis. Entre deux batailles, les érédars chargé du gangrechien récupéraient l'énergie de l'ombre qui gouttait de se crocs afin de façonner des armes et préparer de puissants composants.

Gueulétripe mourut sur un monde sans prétention, déjà dominé par la Légion et dont les dirigeants avaient été corrompus et les héros tués jusqu'au dernier. Un enfant, enragé par tant d'injustice, s'introduisit dans la forteresse de la Légion et tua des gardes érédars et Gueulétripe dans leur sommeil. Découvrant le corps sans vie de la bête, Sargeras entra dans une rage folle et ordonna que ce monde et ses habitants soient réduits en cendres et éparpillé dans la Ténèbre. Cette mort rapide fut peut-être une bénédiction.

Mais même dans la mort, Gueulétripe continua à servir la Légion.


Les Crocs du Dévoreur, III


Méphistroth, un seigneur de l'effroi, était persuadé que Gueulétripe pouvait encore servir la Légion. Il arracha ses crocs et les emporta jusqu'à une grand forge démoniaque d'Argus, le monde natal des érédars. La préservation de l'énergie ténébreuse des crocs présentait un incroyable défi que Méphistroth préférait ne pas avoir à relever. Ses subalternes, en revanche, étaient prêts à prendre de grands risques pour émerger du lot. Mais, lorsque la puissance indomptable des crocs ravageait l'esprit de l'érédar chargé de sa préservation, le seigneur de l'effroi sacrifiait le malheureux en offrant son âme à la forge avant de lui trouver un remplaçant.

Pourtant, leur travail finit par porter ses fruits. Les crocs avaient été taillés de telle sorte qu'ils ne perdraient jamais leur tranchant, et seraient toujours habités par leur puissance de l'ombre.

Méphistroth avait réussi à créer deux des armes les plus meurtrières que l'univers aient jamais connues. Capables de plier l'air et la lumière à leur volonté, ces dagues permettaient à leur porteur de se camoufler sans le moindre effort. Méphistroth les présenta à Sargeras, qui en fut très satisfait. Gueulétripe semait autrefois la terreur sur le champ de bataille, et entre les mains d'un maître assassin, ses crocs feraient de même depuis les ombres.


Les Crocs du Dévoreur, IV


Sargeras eut toutes les peines du monde à trouver une personne de manier les crocs du Dévoreur. La loyauté était bien évidemment un problème. Par sa nature, les meilleurs assassins et leur fourberie sont capables des pires trahisons. Et Sargeras ne supportait pas que les crocs de Gueulétripe puissent un jour tomber entre les mains des ennemis de la Légion.

En effet, utiliser ces armes contre la Légion serait considéré comme le pire des affronts pour son seigneur et maître.


Les Crocs du Dévoreur, V


Sargeras parvint enfin à trouver une personne digne de recevoir les dagues. La pisteuse érédar nommée Akaari s'était distinguée au cours de maintes invasions de la Légion, en assassinant dans l'ombre quiconque soupçonnait que les promesses des démons cachaient de bien sombres intentions.

Elle fut donc convoquée sur Argus, où on lui apprit l'insigne honneur qui lui était fait. Sargeras lui promit qu'elle deviendrait un redoutable instrument de mort, l'une des créatures les plus meurtrières qui soient. Le prix à payer ? Akaari perdrait son libre arbitre. Si elle souhaitait devenir une véritable arme vivante, toute idée de trahison devait disparaître de son esprit.

C'était là un terrible marché, qu'Akaari accepta.


Les Crocs du Dévoreur, VI


Il existe des lieux obscurs sous la surface d'Argus, des salles secrètes où des armes sont forgées et des volontés brisées. Akaari y passa des siècles, au cours desquels son essence fut lentement façonnée et fusionnée avec la puissance des dagues. De nombreux autres assassin furent sacrifiés et leurs âmes liées à elle, ce qui lui conféra l'expérience de centaines de vies et de milliers de mises à mort.

Elle en fut changée, tout comme Gueulétripe avant elle. Elle quitta ces salles transformée en instrument de mort impitoyable, d'une loyauté absolue envers Sargeras. Ce dernier avait désormais la certitude que les dagues étaient en sécurité entre les mains d'Akaari, car ces mains n'étaient plus qu'une extension de la volonté du maître de la Légion.

Et c'est ainsi que les crocs recommencèrent à semer la mort dans les rangs des ennemis de la Légion ardente.

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Legion : Arme prodigieuse du voleur (2015-10-23). Consulté le 2015-11-20.