Deuxième guerre

De Wowpedia
(Redirigé depuis Deuxième Guerre)
Aller à : navigation, rechercher
Précédente: Première Guerre
Suivante: Invasion de Draenor
Deuxième Guerre
Deuxième guerre
Lieu: Continents de Lordaeron, Khaz Modan et Azeroth
Effet: Victoire de l'Alliance, destruction de la Porte des Ténèbres
Belligérants
Commandants et dirigeants


Forces
  • Bien plus nombreuses que celles de Hurlevent lors de la Première Guerre[1]
  • Légèrement supérieure à celle de la Horde avant la Bataille du Pic Rochenoire[2]
  • Des dizaines de milliers[3]
  • Beaucoup plus grandes que l'Alliance pendant la majorité de la guerre[4][5]
Pertes
  • Lourdes
Batailles majeures: Siège de Forgefer, Assaut sur Hautebrande, Incendie de Quel'Thalas, Siège de Lordaeron, Bataille de Chutecrête, Bataille du Pic Rochenoire

La Deuxième Guerre était un conflit entre la récemment formée Alliance de Lordaeron et l'Ancienne Horde, englobant presque tous les territoires des Royaumes de l'Est, et s'achevant par la victoire de l'Alliance. Les événements sont relatés dans Warcraft II: Tides of Darkness. La Deuxième Guerre est également utilisée comme référence aux événements de Beyond the Dark Portal pour certains cas.Modèle:Fact

Voir aussi Batailles de la Deuxième Guerre et ce compte-rendu pour voir quels événements des campagnes du jeu ont été inclus dans l'Histoire.

Prélude à la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Suite aux événements de la Première Guerre, les survivants de Hurlevent menés par Anduin Lothar parcoururent la Grande Mer vers le royaume nord de Lordaeron pour solliciter l'aide du Roi Terenas Menethil II. Convaincu par le discours passionné de Lothar, Terenas réunit d'urgence un conseil de guerre pour discuter de la menace orque. Pendant ce temps, la Horde des orcs pillait la cité de Hurlevent et les régions alentours, détruisant efficacement toutes les exploitations humaines au sud des Steppes Ardentes.

Dans les années séparant la défaite du Royaume de Hurlevent et le déclenchement de la Deuxième Guerre, on ne peut que supposer que la Horde et l'Alliance sont passées par de nombreuses réformes et ont commencé d'immenses accumulations de forces militaires en préparation à la Guerre.

Le Roi Terenas, par d'habiles manœuvres politiques, demanda le soutien des royaumes humains de Stromgarde, Kul Tiras, Altérac, Gilnéas ainsi que la cité de Dalaran. Alors que la plupart des nation humaines s'unirent sous la même bannière et garantirent leur soutien à cette nouvelle alliance, le Roi Perenolde d'Altérac et le Roi Genn Grisetête de Gilnéas refusèrent leur allégeance ; Perenolde car il craignait que les humains ne soient vaincus par les orcs, et Grisetête car il pensait que Gilnéas était assez forte pour se défendre elle-même. Cependant, les royaumes humains parvinrent également à gagner l'allégeance des nains Barbe-de-Bronze de Forgefer, des nains Marteau-hardi du Nid-de-l'Aigle, et des gnomes de Gnomeregan. Des émissaires envoyés par le Roi Terenas tentèrent de gagner l'allégeance des Haut-elfes de Quel'Thalas, bien qu'ils ne furent à l'origine pas intéressés par le conflit à venir et n'envoyèrent qu'une partie dérisoire de leurs forces. De ceci résulta la création de l'Alliance de Lordaeron.

En cette époque agitée, Alonsus Faol était inquiet de la place des prêtres dans la situation actuelle. Incapable de se défendre, la classe était une cible facile dans une bataille. Pour contrer cela, Alonsus créa une branche dans l'Eglise de la Lumière, où un prêtre serait entraîné à manier l'épée et la Lumière. Ainsi naquirent les Paladins, une classe qui se révélerait importante pour remporter la guerre. Alonsus présenta les quatre premiers paladins à Lothar qui les accepta comme ses lieutenants, avec Turalyon comme commandant en second.

Dans les derniers jours de la Première Guerre, le chef du Conseil des Ombres, le démoniste Gul'dan, tomba dans un profond coma en tentant de sonder l'esprit de Medivh. Sans les machinations du Conseil des Ombres, la Horde fut en proie aux conflits internes. Dans un coup d'état mené par Orgrim Marteau-du-Destin, désirant mettre fin à ce qu'il voyait comme une influence corrompue sur la Horde, le Conseil des Ombres fut détruit tout comme sa marionnette de Chef de Guerre, Main-Noire le Destructeur. Marteau-du-Destin parvint à prendre le contrôle des forces restantes de la Horde et commença à renforcer ses armées dévastées avec des orcs et des orgres venant d'au-delà de la Porte des Ténèbres. Avec des trolls, des ogres et des orcs combattant côte à côte, il ne fallut pas longtemps aux cupides gobelins pour mesurer le potentiel profit qu'il y avait à se joindre à eux.[7] La Horde gagna ainsi le soutien de mercenaires et machinistes gobelins et, en utilisant l'Âme du Démon, réussit à réduire en esclavage le Dragon Rouge Alexstrasza et la majorité de sa couvée. On ignore quelles relations la Horde entretenait avec les tribus trolles de la Vallée de Strangleronce, mais ils ne se joignirent pas aux forces de la Horde et se tinrent éloignés de la Deuxième Guerre. Se réveillant de son coma et se retrouvant sans alliés, Gul'dan "jura" allégeance à Marteau-du-Destin et commença la création des premiers chevaliers de la mort au service du chef de guerre. Ceci fut le commencement de la Horde.

L'offensive de la Horde[modifier | modifier le wikicode]

Statut pré-guerre : le rouge indique le territoire de la Horde, le bleu celui de l'Alliance, et le jaune les nations neutres.
La carte de la Deuxième Guerre avec les batailles et sentiers de guerre

Dans la sixième année après la chute de Hurlevent, la Horde débuta son offensive nord vers les forces de l'Alliance. La Horde lança ses deux premiers assauts simultanément. Le premier était une offensive terrestre lancée depuis le Mont Rochenoire partant au nord vers les bastions nains de Khaz Modan. Le second était un assaut naval lancé depuis les ruines de Hurlevent, navigant vers le nord en prenant les îles de Zul'Dare, Tol Barad, et Chutecrête, et faisant d'elles leur principales bases navales. Depuis ces points de lancement, la Horde déploya des troupes le long des côtes des Paluns, des Hautes-terres Arathies, et, surtout, la côte sud de Lordaeron. Les avant-postes du sud tels que Austrivage, Moulin de Tarren et Hautebrande furent pris d'assaut, de cette façon la Horde rassembla un grand nombre de troupes en Lordaeron, soutenue par la nation d'Altérac qui lui fournissait cartes et routes secrètes.

Peu après, Zul'jin et certains de ses champions furent découverts par des éclaireurs de la Horde dans une prison de fortune près de Moulin de Tarren. Apprenant la nouvelle, Marteau-du-Destin ordonna immédiatement sa libération du raid de 40 hommes qui l'avait capturé. Désormais redevable à Marteau-du-Destin, Zul'jin accepta de faire un pacte avec la Horde des orcs : les plaines et les vallées de Lordaeron appartiendraient à la Horde, alors que les trolls reprendraient leurs forêts ancestrales des mains de leur ennemis jurés, les haut-elfes.

L'assaut terrestre de la Horde ravagea Loch Modan, repoussant les forces naines et gnomes en sous-nombre vers la cité de Forgefer, qui les protégea hermétiquement de la menace extérieure. Le Clan de l'Orbite-Sanglante tenta plusieurs raids sur la puissante cité naine, sans succès. Pour la plupart, les nains et les gnomes étaient coupés du reste de l'Alliance, à l’exception du soutien aérien. A la suite de la dévastation de Loch Modan, la Horde poussa vers le nord dans les Paluns, prenant Dun Algaz, Dun Modr, et Grim Batol et les convertissant en forteresse pour la Horde. Grim Batol devint la base principale de l'offensive terrestre, et fut également converti en un couvoir pour le vol draconique rouge réduit à l'esclavage. Le Viaduc de Thandol fut une bataille décisive dans la Deuxième Guerre, changeant constamment de possession entre les deux factions.

Finalement, grâce une diversion sur l'armée principale de Lothar à Nid de l'Aigle, le Horde réussit à pénétrer à Quel'Thalas par les falaises sans être détectés. Avec l'ensemble de la tribu Amani de Zul'jin, les troupes de Marteau-du-Destin sabrèrent leur chemin à travers les forêts elfes et parvinrent jusqu'au Bois des Chants éternels avant que les renforts de l'Alliance n'arrivent.

Brèves contre-attaques de l'Alliance[modifier | modifier le wikicode]

Outrés par cette attaque sur leurs frontières, les Elfes mirent finalement toutes leurs forces dans l'effort de guerre. Celles-ci incluaient le déploiement de destroyers elfes au sud vers les Hinterlands et les rivages de Lordaeron. Le Commandant suprême Anduin Lothar décida de diviser son armée pour attaquer la Horde. Il laissa une moitié de l'armée à son commandant en second pour détruire la menace de la Horde dans les Forêts Elfes pendant que la moitié de Lothar resterait dans les Hinterlands pour détruire le grand nombre de soldats de la Horde encore là-bas. Lordaeron et Quel'Thalas réussirent à repousser la majorité des forces de la Horde jusqu'aux rivages de Hautebrande, mais pas avant d'avoir empêcher Gul'dan de s'emparer des pierres runiques des Haut-elfes afin de les utiliser pour créer des ogre-mages pour l'effort de guerre. Avec le soutien des Elfes, l'Alliance put lancer une attaque sur Zul'Dare et mettre fin à l'invasion de Lordaeron. Bien que Hautebrande et Austrivage aient été quasiment annihilées, les navires de la Horde furent repoussés, probablement vers les rivages des Paluns, de Chutecrête et des ruines de Hurlevent.

Avec la victoire au nord, l'Alliance se concentra pour repousser l'offensive terrestre à la frontière des Hautes-terres Arathies sur les grand ponts du Viaduc de Thandol. La première étape fut une reprise sanglante de la forteresse de la Horde à Tol Barad afin de l'utiliser comme point de relais pour une invasion de Dun Modr, la principale base de soutien pour les attaques sur le Viaduc de Thandol. Avec le soutien naval de Tol Barad, les forces terrestres de l'Alliance purent finalement pousser à travers le Viaduc de Thandol et reprendre Dun Modr. L'Alliance continua de pousser vers le sud, prenant la base de Dun Algaz. Bien qu'ils ne purent totalement reprendre la forteresse maudite de Grim Batol, ils avaient tout de même briser les armées de la Horde qui avaient battu en retraite hors de Khaz Modan.

Après la défaite des forces de la Horde forces à Khaz Modan, une brève pause dans les combat s'ensuivit. La Horde tenta de faire venir plus de troupes du sud, y compris les nouvellement créés Chevaliers de la Mort. L'Alliance commença à tourner le regard au nord vers les restes des forces de la Horde au nord de Lordaeron, et à cette fin ils envoyèrent Uther le Porteur de Lumière et ses récemment formés Chevaliers de la Main d'Argent porter secours aux victimes de la guerre. Cependant, une révolte mineure de paysans à la Main de Tyr mena à la découverte d'un complot du Seigneur Perenolde d'Altérac, qui tentait de détruire l'Alliance de l'intérieur. Ayant appris cela, les forces de l'Alliance annihilèrent le perfide petit royaume.

Le siège de Lordaeron[modifier | modifier le wikicode]

La trahison d'Altérac avait laissé la totalité de l'armée de la Horde arriver aux murs de Lordaeron où ils commencèrent à assiéger la capitale. Des troupes de Stromgarde coupèrent tout renfort de la Horde venant d'Altérac et emprisonnèrent Perenolde pour sa trahison. Tout l'armée de l'Alliance convergea vers la Horde, mais elle fut d'abord incapable de la vaincre. Au milieu de la bataille Gul'dan se retira avec les Clans Foudreguerre et Marteau du Crépuscule, divisant les forces orques et laissant les clans d'Orgrim Marteau-du-Destin à la merci des armées de l'Alliance. Gul'dan avait découvert l'emplacement de la Tombe de Sargeras, et fit émerger les ruines englouties dans la Grande Mer pour tenter de prendre l'Œil de Sargeras pour son propre compte. En ouvrant la tombe, cependant, Gul'dan fut anéanti par les démons à l'intérieur.

Pendant ce temps, Marteau-du-Destin prit ses troupes pour poursuivre Gul'dan dans le but de le punir pour avoir abandonné la Horde. L'Alliance saisit cette opportunité pour vaincre les troupes de la Horde encore présentes à Lordaeron, qui était désorganisées sans leurs chefs. Les Clans Foudreguerre et Marteau du Crépuscule furent détruits par les forces de Marteau-du-Destin, qui incluaient son arme secrète : les dragons rouges.

La prise de contrôle de l'Alliance[modifier | modifier le wikicode]

Le Seigneur Lothar, voyant que la Horde se fracturait de l'intérieur, rassembla ce qui restait des ses forces et repoussa Marteau-du-Destin au sud, vers le cœur brisé du royaume, Hurlevent. Là, les forces de l'Alliance piégèrent la Horde qui battait en retraite à l'intérieur de la forteresse volcanique du Pic Rochenoire. La Horde ainsi affaiblie, l'Alliance assiégea la forteresse de Rochenoire. Afin de briser le siège, Marteau-du-Destin et ce qui restait de ses compagnons chargèrent hors du Pic et attaquèrent Lothar et ses Paladins. Après un duel titanesque, Marteau-du-Destin parvint de justesse à tuer Lothar. Ce dernier mort, c'est son commandant en second, le paladin Turalyon, qui prit le commandement, il fit prisonnier Marteau-du-Destin, et chassa les orcs en déroute vers leur dernier bastion, la Porte des Ténèbres.

En lambeaux et brisés, le reste des forces de la Horde tenta de défendre la Porte des Ténèbres. Dans ce qui a été décrit comme la bataille la plus sanglante de la Deuxième Guerre, les orcs furent finalement vaincus, leurs chefs, et Marteau-du-Destin lui-même, rassemblés et mis en chaînes. Peu de temps après, le sorcier Khadgar, flanqué des braves guerriers de l'Alliance, détruisit la Porte des Ténèbres, ce qui mit fin à la Deuxième Guerre.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]